2017-02-05 Amécourt

Bonjour  à tous, et bravo à la petite douzaine de courageux, ce matin la météo n’était pas avec nous.

 

En avant pour la Nordique de ce 1er dimanche de février, 9h00 départ d’ Amécourt, une des «  Sept-Villes-de-Bleu » (voir le point histoire), ciel gris, un peu de vent mais rien de plus, autrement dit, « chouette »  il ne pleut pas ! (encore).

Nous partons sur un bon rythme 6 km/h c’est du nordique, nous laissons sur la gauche le château d’Amécourt ; maison familiale fin du 18e situé dans un parc de 8ha. Lieu d’exception au cœur du Vexin normand, c’est ce que dit la pub.

 

Nous continuons, toujours d’une bonne allure 5,15 km/h dans la ligne droite, puis, virage à gauche, nous entrons en forêt, toujours d’un bon pas, 5km/h, vient une accélération, à plus de 6, encore un peu plus et faudra suivre en courant, non je rigole !

Un peu d’histoire,

La forêt de Lyons, autrefois immense domaine royal, s’étendait pratiquement jusqu’à Gisors et incluait les « Sept- Villes- de- Bleu » ainsi que la « Forêt de Bleu » qui a longtemps constitué une dépendance.  Aujourd’hui elle s’étend sur un espace délimité par les villages de Vascoeuil à l’Ouest, Lisors au Sud, Neuf-Marché à l’Est et Beauvoir en Lyons au Nord.

 

Amécourt fait donc parti des Sept villages de la seigneurie de Maineville avec Hébécourt, Heudicourt, Maineville, Sancourt, St Denis le Ferment et Tierceville. Les « Sept-Villes-de-Bleu.

Nous étions en Forêt de Bleu, rien à voir avec les Schtroumpfs, quoi que avec nos bonnets et  capuches !!!!

 

Continuons notre marche, nous passons à travers champs, le vent se  lève et quelques gouttes commencent à nous rafraîchir, je dis rafraîchir parce que c’est le début, vous verrez par la suite ce sera plus humide, mais attendez, poursuivons notre chemin en faisant attention de ne pas glisser, trop tard, je dérape, un bâton tient mais l’autre non, et voilà, un genoux à terre, ou plutôt dans la boue. Rien de sérieux, je repars, le jean trempé, couleur terre, et bien collant.

Nous continuons sur ce chemins « glissant » accompagnés au loin, sur la gauche, par 6 chevreuils en ballade, ils sentent notre présence et hop, détalent, droit devant, nous ne voyons plus que leur petit derrière tout blanc, la « roze ». ‘(voir point de zoologie)

C’est une marche à thème, au programme la découverte de la faune sauvage, arrivent deux lièvres amoureux qui sautillent a travers champs, puis un faisan inquiet s’envole mais ce n’est rien, le plus spectaculaire nous attend.

Au loin nous apercevons une masse sombre qui se déplace, pour certains, des Sangliers, pour d’autres des Chevreuils ou des Cerfs.  Cette étrange « tache sombre », devient plus visible, la couleur se précise ; marron, il semble qu’elle se compose d’animaux de grandes tailles, nous sommes tous d’accord, c’est certainement une famille de Cerfs, Biches et petits, mais une très grande famille, nous estimons quelle se compose de 20, 30, 40 individus ?? tous de sortie en campagne. Personne même  les « Normands », n’avaient jamais vu autant de ruminants rassemblés.

 

Explorons le monde des cervidés :

Le Cerf élaphe, »CERVUS » le plus répandu est un ruminant, pelage brun-roux en été et brun foncé en hiver, la femelle la biche est plus claire, le petit, le faon est brun clair tacheté, nous étions trop loin nous n’avons pas vu les taches, par contre nous avons vu 2 cerfs un devant et un autre en fin de harde, c’est le nom du groupe. Ces hardes sont toujours en mouvements. La harde des femelles varie de 30, 40 animaux ou plus. Elle  est constituée de trios familiaux formés par une Biche, son Faon de l’année et celui de l’année précédente (appelé Daguet pour le mâle et Bichette la femelle).

Les mâles forment de plus petites hardes 10 animaux en moyenne.

Le cerf a besoin d’un grand territoire, le trio familial se déplace à l’intérieur d’un domaine de 500 à 1500 hectares.

Nous avons eu de la chance de les apercevoir. Ce devait être une harde de femelles.

Le Chevereuil « CAPREOLUS » animal de petite taille, avec de grande oreilles, il a un ouïe très développée, mais une vue médiocre,  il possède une « roze » zone de poil blanc en hiver, jaunâtre en été, sur les fesses. C’est que nous voyons quant il se sauve.

Le mâle appelé Brocard porte les bois, la femelle est la Chevrette, le petit le Faon puis le Chevrillard de 6 mois à 1 an.

Le Daim « DAMA » animal que l’on ne trouve presque plus à l’état sauvage, morphologie entre le Cerf et le Chevreuil. La femelle s’appelle la Daine et le petit le Faon.

Particularité ses bois sont palmés, et sa robe tachetée.

En résumé nous avons fait une belle marche avec de nombreuses rencontres. C’est beau la campagne normande sa Faune et sa Flore.

La pluie sur la fin du parcours ne nous a pas épargnés, mais comme dit le proverbe :

Si tu dois marcher sous la pluie,

Baisse la tête et souris

Plante les bâtons pour avancer

Fais attention de ne pas glisser

A l’arrivée si tout va bien,

Un café chaud te fera du bien

Avec un morceau de gâteau

Mais prends garde aux kilos.

 

Voila pour cette marche nordique en Forêt de Bleu, 14 km avec une bonne moyenne de 5 km/h, nous avons perdu 1680 kcal avec un dénivelé de 234 m.

Rendez vous la semaine prochaine.

Christian

img_20170205_105652

img_20170205_092106-2

img_20170205_092111

img_20170205_100556

dsc_2688

dsc_2682

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 2017-02-05 Amécourt

  1. Dumazedier michel dit :

    Superbe. Bravo aux organisateurs

    J'aime

  2. Pierre dit :

    Infatigable notre Christian ! un vrai spécialiste de la faune !
    Ces moments exceptionnels ne se produisent que les jours de pluies.
    Alors, nous vous invitons à venir nombreux , surtout par jours de grandes pluies .
    Spectacle de la nature assuré !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.