2017-03-12 Rando Brémontier-Merval

Bonjour, à tous.

Marcheuses, et marcheurs du dimanche matin, belle météo, un ciel clément, pas de vent, un temps idéal pour les nouvelles aventures du jour.

Il est 8h30 rassemblement devant la mairie de Neuf Marché, puis départ en voiture pour Brémontier-Merval, notre terrain de jeu de ce jour.

9h00 à Brémontier certains sont déjà arrivés, distribution de bisous, de poignées de mains et hop nous partons assez nombreux, une bonne vingtaine, pour la ballade..

Plein soleil, c’est parti pour les 12 km prévus. Peu de forêt pour cette fois, nous partons explorer le « bocage » normand..

On appelle bocage une région rurale où les champs cultivés et les près sont enclos par des levées de terre ou talus portant des haies et taillis et des alignements plus ou moins continus d’arbres et d’arbustes sauvages ou fruitiers . Cette végétation haute de 1 à 20 mètres marque généralement les limites de parcelles qui sont de tailles inégales et de formes différentes.

L’habitat bocager y est souvent dispersé sous formes de fermes et de hameaux.

Dès les premiers kms nous y sommes, en plein dedans, des deux pieds, même le pantalon, attention aux glissades, en plein dans le « Bray », certains en font des cures, c’est bon pour la santé, si si j’ai essayé ! le bien être garanti, tout pour la relaxation.

Mais quelle est l’origine du mot « Bray » ?

Un peu d’étymologie, c’est un terme de l’ancien français, vraisemblablement d’origine  gauloise, signifiant  quoi donc ?

Vous avez certainement une petite idée, je vous aide, 2h de marche, en essayant de ne pas glisser, de ne pas poser le pied dans les ornières bien grasses… et ça colle bien…

Fin du suspense, « Bray » veut dire « terrain humide », « lieu boueux », vulgairement la « boue », la gadoue, allez tous en cœur :

Du mois de septembre au mois d’août
faudrait des bottes de caoutchouc
pour patauger dans la gadoue,
la gadoue, la gadoue, la gadoue
hou la gadoue, la gadoue

une à une les gouttes d’eau
me dégoulinent dans le dos
nous pataugeons dans la gadoue…..

Maintenant parlons de notre région le pays de Bray.

C’est une région naturelle de France à cheval sur la Seine-Maritime et l’Oise, une bande de 10 km de large sur environ 80 km, entre Londinières et Beauvais.

Nous longerons le  bocage, dans le Bray normand ou dans l’Oise, le Bray picard, le tout dans une région de forme elliptique, ce qui lui a valu le nom de « Boutonnière du pays de Bray ».

Ouf, voilà pour la partie culturelle !

Je ne savais pas que nous nous promenions dans une région elliptique ! C’est une région de bocage,  qui se caractérise par son sol « argileux ».

Argile, vous avez dit argile ?

C’est parti pour un peu de géologie, certaines argiles du pays de Bray, appelées localement « terres à pots » (en Picardie, le terme argile est réservé à une terre argileuse servant à préparer le torchis) sont à l’origine d’une industrie millénaire de la poterie usuelle.

Suite du cours magistral, l’argile désigne une matière rocheuse naturelle à base de silicates et /ou d’aluminosilicates hydratés de structure lamellaire, provenant de l’altération de feldspaths et aussi des …… c’est bon, j’arrête le cours de chimie / géologie, c’était pour rire.

Ce qu’il faut retenir c’est que l’argile peut être meuble ou plastique, à pouvoir desséchant, absorbant ou dégraissant (eh oui, certains shampooings secs sont à base d’argiles et certains détachants ménagers), elle absorbe l’eau en surface, et se craquelle en séchant. C’est une terre riche mais difficile à travailler. Xavier pourrait nous en parler.

Le sol argileux du pays de Bray normand est favorable aux herbages pour l’élevage bovin laitier, facile il suffit de regarder autour de soi.

Les argiles plastiques en particulier de Forges les Eaux sont relativement pures, elles acquièrent une dureté à la température, sans fondre ni s’écouler. Elles servent communément aux fabriques de poteries, aux tuileries et aux briqueteries.

La marche se poursuit, nous arrivons au Montréal, nous empruntons, une route ou un grand nombre de voitures sont stationnées, après un petit étonnement, nous avons la réponse, ce dimanche c’est la journée porte ouverte sur l’élevage hélicicole des bêtes à cornes, les gastéropodes.

La lenteur de l’escargot enfin expliquée par le professeur Christian :

Quand nous avons faim, nous avons « l’estomac dans les talons », nous sommes fatigués à plats, tout mous, et bien l’escargot, le gastéropode, lui a « l’estomac dans le pied » (traduction latin/grec = gaster > estomac et podos >  pied ) voilà pourquoi, il ne va pas vite, le pauvre c’est la faute à la nature ! rires.

Il sera midi dans quelques minutes, parlons cuisine, et élevage d’escargots.

Deux espèces sont retenues, l’Helix aspera aspera, le Petit-Gris 10g ou l’Helix aspera maxima, le Gros-Gris 20g.

L’escargot de Bourgogne, Helix pomatia, 25 à 45g, délicieux avec une persillade, ne peut être élevé aujourd’hui de façon simple et rentable.

Il existe d’autres comestibles, l’escargot géant africain long 8 à 20 cm pesant 200 à 250 g, qui se consomme fumé en tranches, la Mouguette de Provence sur le littoral méditerranéen, coquille blanche avec des bandes marron apprécié en Italie. C’est un mets prisé dans les temps anciens, les Romains en faisaient l’élevage et les nourrissaient de froment cuit dans du vin pour les rendre plus goûteux et plus digestes. Au moyen age, les escargots remplaçaient la viande pendant le carême, étonnant non !

Dernier point, l’escargot est hermaphrodite, il possède les deux sexes, mais doit s’accoupler avec un partenaire, il pond de 30 à 100 œufs :  le « Caviar Blanc ».

Nous approchons de notre point d’arrivée sur la place de Brémontier.

Belle randonnée, quelques passages difficiles, des chemins enclavés chargés de cailloux, humides et très glissants que nous avons tous franchis sans chute bravo !. (voir photos),

Nous avons couvert  les 12 kms à 4,3 km/h de moyenne, brûlé 950 kcal merci au dénivelé de 155 m et aux chemins accidentés.

Comme toujours, en fin de parcours, les boissons et les gâteaux, nous aident à reprendre les calories perdues.  Merci aux gentils pâtissières et pâtissiers qui pensent à nous.

Rendez vous en Vendée pour la première semaine d’Avril.

Bonne semaine à tous.

Christian.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.