2018-01-14 Randonnée Doudeauville

Bonjour amis marcheurs,

L’année est toute jeune, 14 jours et encore dans ses langes… ou plutôt la brume matinale.

Comme nous ce matin, avec le gel, on se sent bien emmitouflés dans son anorak.

Ce dimanche matin dur, dur la glace sur les vitres de la voiture, il faut gratter, – 4°C en bas à Neuf-Marché !

Sur le plateau, en plein vent, aux Flamands je n’ose pas imaginer, en général nous avons une différence de 1 à 2°C en moins…

La voiture dégagée, en route pour le point de RDV Doudeauville dans le 76, et pas dans le Vexin, attention, c’est près de Gournay, en plein Pays de Bray et quand je dis en plein, c’est en plein  « bray »!

comme vous pourrez le constater en images.

Mais revenons au départ, pour cette rando managée par Sasha, un proche disciple de notre ami Pierre, nous sommes assez nombreux, bravo à tous les courageux marcheurs du dimanche matin, il faut se lever tôt, et ce n’est pas toujours facile, certains ont refusés, et je ne citerais pas de nom… Clin d’œil à K et F, je rigole !

Moi même certaines fois, il faut que je me pousse. Mais une fois que l’on retrouve les copains et copines et la campagne normande, ce n’est que du bonheur.

Sur cette première photo, nous sommes tous en pleine forme, nous allons en avoir besoin, le froid est bien présent, bonnets et casquettes le prouvent mais le soleil timide au départ, nous inondera plus tard et saura bien nous réchauffer. C’est lui qui révélera également la beauté naturelle de nos paysages normands.

 

Partons sur les sentiers du Pays de Bray pour une rando de 12 km environs, nous en ferons en fait 12,250 m avec une alternance de chemins forestiers et de petites routes de campagne, mais venez en route pour le voyage.

Pour infos :

Moyenne de 3,66 km/h – Dénivelé 127 m – Energie 970 kcal

A Doudeauville nous sommes en Seine Maritime, sur le parcours, nous avons longé la limite avec l’Oise et l’avons franchi plusieurs fois en particulier a Bazancourt.

Nous commençons tranquille, la campagne est un peu brumeuse, l’air assez frais mais pour les marcheurs c’est un temps idéal.

C’est cool, en marchant bien au milieu sur l’herbe çà va … Mais …

Attention, mais …çà va… ce compliquer !

Garder la ligne droite rester au milieu, c’est plus prudent, c’est à peu près sec.

Je vous l’avais dis, çà ce complique, certains passent à droite, d’autres à gauche, l’inquiétude grandit, il faut assurer ses appuis.

 

En effet ça ce complique !

Devant nous, un premier passage « Thalasso » traduire : bain de boue en perspective, attention à la chute.

Ceux qui sont de l’autre côté encouragent les copains « aller encore quelques mètres ! »

 

Regardez au fond, quelques uns se demandent : « ou poser ses pieds ?, quel est le meilleur passage ? »

Vais je passer ?

Même avec une démarche inspirée à la « charlot » voyez la canne. Cà passe !

Tous vont franchir l’obstacle, pas de chute, « pas de soin Thalasso » tant mieux !

 

Après l’effort, un temps de repos, un sentier forestier au sec, Michel concentré fait son grand retour, bravo.

Un nouveau passage « humide » un peu délicat mais nous sommes rodés, et le franchissons plus facilement.

Je vous l’avais dit franchissement facile, un sourire au photographe, merci c’est sympa !

Plus loin nouvelle épreuve, « Le passage du marcheur humble », il faut courber l’échine.

Un grand merci aux sherpas qui ouvrent la voie.

Chacun son tour, il faut baisser la tête.

 

 

 

La rando en Pays de Bray n’est pas terminée, et nous ne savons pas encore ce qui nous attend…

 

Rien de bien méchant, le soleil, de longs sentiers presque secs, il a plu énormément et en terrain peu perméable, çà « gadouille ». Les deux pieds en Pays de Bray comme annoncé au départ.

 

Bray est un terme de l’ancien français signifiant « terrain humide », « lieu boueux » et « vallée », issu de braco/bracu, attesté au VIIe siècle dans une glose des Gesta de l’Abbaye de Fontenelle1 et est vraisemblablement d’origine gauloise2.

Le mot brai est encore mentionné au XIIe siècle dans le Raoul de Cambrai au sens de « boue », et reste encore vivant dans certains dialectes de langue d’oïl au sens de « terrain humide »

La boutonnière du Bray

 Le Pays de Bray correspond à un anticlinal érodé du Bassin parisien. Plus précisément, un « bombement » des couches calcaires s’est formé suite à la surrection des Alpes à l’ère tertiaire, puis l’érosion de ces assises calcaires surélevées a remis à jours les couches géologiques plus anciennes : marnes, grès, argiles du jurassique, des grès ferrugineux… qui constituent des roches sédimentaires rares en Haute-Normandie. Le réseau hydrographique y est exceptionnellement dense pour la région.

Traduction, il y a beaucoup d’eau et c’est la gadoue !

Toujours les mêmes mais avec le soleil !

 

Retour sur notre rando, le soleil est en face et donne cet éclairage particulier qui fait plaisir à tout photographe :

La haut sur la colline les premiers marcheurs, les points noirs au sommet ! Sous le ciel de « coton »

Encore quelques km et c’est le retour au point de départ. Un petit coup à boire et un bon gâteau.

Rendez vous le premier dimanche de février pour une marche nordique.

A bientôt.

Christian

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 2018-01-14 Randonnée Doudeauville

  1. michel dit :

    C’était très bien. J’adore le commentaire

    J'aime

Les commentaires sont fermés.